Bien débuter avec Bitcoin

B

On me demande souvent “comment s’y mettre” quand on n’a jamais utilisé de crypto-monnaies et on me pose souvent les mêmes questions sur Bitcoin. J’ai regroupé ici de façon synthétisée tout ce que vous devez savoir et faire pour démarrer avec Bitcoin si vous êtes néophyte complet. Suivez le guide.


Préambule : pourquoi s’intéresser à Bitcoin ?

De mon point de vue, il y a au moins trois bonnes raisons de le faire :

  • Bitcoin repose sur des principes radicalement différents des monnaies traditionnelles – c’est une autre façon de stocker et transmettre de la valeur, offrant davantage de souplesse et de liberté pour gérer et contrôler son argent. A peu près tout ce que vous faites avec des euros (payer des achats, faire des virements, recevoir des fonds…) peut être fait avec Bitcoin.
  • Bitcoin s’appuie sur des technologies émergentes qu’il est utile de connaître et de comprendre. La blockchain, notamment, est l’une des technologies clés des prochaines années et sera utilisée partout, dans toutes les industries. Il paraît naturel de s’intéresser à la toute première blockchain, qui a donné naissance à cette révolution industrielle.
  • Bitcoin se développe et prend une ampleur considérable. Début 2017, Bitcoin représentait 15 milliards d’euros. Il pèse désormais 150 milliards d’euros (mai 2020), soit 10 fois plus en trois ans ! Beaucoup d’observateurs (moi compris) voient dans Bitcoin une possible monnaie universelle globale, et certains prédisent même qu’il remplacera un jour le dollar. Il existe d’ailleurs des milliers d’autres crypto-monnaies, plus ou moins inspirées de Bitcoin, dont certaines qui s’imposeront comme une évidence pour des usages généraux ou spécifiques.

Il y a aussi de mauvaises raisons de vouloir utiliser Bitcoin : si vous y cherchez un moyen de vous enrichir, une martingale, ou une source de revenus passifs, cherchez encore (ou passez votre chemin) car c’est juste ridicule. Et si vous êtes là parce que vous voulez faire du trading, vous êtes sans doute au mauvais endroit. Qu’il s’agisse d’actions en bourse ou de crypto-monnaies, le trading est très compliqué et ne s’improvise pas.

Pour moi, Bitcoin n’est ni une forme d’investissement, ni un produit de spéculation et encore moins une méthode pour devenir riche. C’est avant tout un moyen de reprendre le contrôle de votre argent.


S’informer sur Bitcoin

Le fonctionnement de Bitcoin est complexe. Mais il n’y a que très peu de choses à savoir pour l’utiliser, ou comprendre son intérêt. Comme je l’ai dit précédemment, la plupart des gens ignorent tout de l’argent et des mécanismes servant à le créer, et n’ont aucune idée de la façon dont fonctionne Internet. Cela n’empêche pas d’utiliser de l’argent ou Internet au quotidien.

Pour Bitcoin, vous devez seulement comprendre quelques points :

Posséder des bitcoins, c’est en fait détenir deux clés (clé publique et clé privée) qui sont en quelque sorte des pointeurs mémorisant les montants qui vous appartiennent sur la blockchain Bitcoin. Quiconque possède ces clés est l’entier propriétaire des bitcoins qui leur sont rattachés. La clé publique est votre adresse Bitcoin. Un peu comme votre adresse email, vous pouvez l’afficher ou la transmettre librement pour y recevoir des fonds.
En pratique, vous pouvez disposer d’un nombre quasi illimité de clés publiques (donc d’adresses Bitcoin personnelles). Et vous n’aurez pas vraiment à manipuler ces clés (et encore moins les clés privées) : au pire, si vous décidez de gérer les clés vous-même, vous aurez seulement à mémoriser dans un endroit sûr une suite aléatoire de mots simples, appelée seed, qui permet de dériver et mémoriser toutes les clés.

Stocker des bitcoins peut se faire de deux façons possibles : soit en gérant vous mêmes vos bitcoins et vos clés (dans un porte-monnaie logiciel ou physique), soit en utilisant les services d’une entreprise tiers qui le fera pour vous.
En pratique, soit vous serez pleinement responsable de vos clés donc de la seed qui les génère (ce qui suppose une gestion rigoureuse en matière de sauvegarde), soit vous aurez juste un compte classique (identifiant + mot de passe) auprès d’une société qui gère tout pour vous, y compris la sécurisation des accès et les sauvegardes.

Envoyer ou recevoir des bitcoins met en oeuvre un processus complexe : la transaction est placée dans un bloc, qui va être vérifié et validé par les mineurs Bitcoin et les noeuds du réseau (via des calculs mathématiques et des procédés cryptographiques), avant d’être inscrite sur la blockchain Bitcoin. Tout ce processus est automatique et décentralisé, sans organe de contrôle. Il est aussi transparent : tout transaction effectuée et validée apparaîtra sur la blockchain pour toujours, avec la mention de l’adresse de l’émetteur et du destinataire, et sera librement consultable sur le Web (c’est la raison pour laquelle il est erroné de dire que Bitcoin est anonyme : sur la blockchain, on ignore l’identité des personnes mais on voit leurs adresses Bitcoin).
En pratique, vous n’avez pas à vous soucier de tout cela, et en particulier du processus de validation et de minage, qui fonctionne parfaitement depuis 11 ans, sans problème et sans piratage. Il faut simplement savoir que toute transaction Bitcoin est assortie de frais, le plus souvent minimes, qui servent à faire fonctionner le réseau.

Il n’y a quasiment rien d’autre à savoir pour utiliser Bitcoin.

Si vous voulez en savoir plus, on trouve d’innombrables sources d’informations de qualité sur Bitcoin. Commencez par bitcoin.org, la référence, qui comporte une bonne section pour débutants et un comparatif sérieux de porte-monnaies. Bitcoin.fr abrite aussi une FAQ nourrie répondant aux principales questions.

On trouve beaucoup de vidéos traitant de Bitcoin sur YouTube, mais il est difficile d’en trouver de pertinentes, surtout en français. Méfiez-vous des discours vantant des solutions magiques pour gagner de l’argent… Préférez les vidéos simples et sans fioritures à celles promettant monts et merveilles. En français, Bitcoin pour les nuls n’est pas folichonne mais explique relativement bien et en 20 minutes Bitcoin, la blockchain et ses applications potentielles. En anglais (avec sous-titres français), “What is Bitcoin” dresse un bon panorama, simple et succinct, en moins de deux minutes.

Je ne saurais trop recommander aussi cette remarquable conférence TED de Neha Narula, qui dirige “l’Initiative monnaies numériques” au MIT : “The future of money” (vidéo en anglais mais sous-titrée en français, ci-dessus). Elle y explique en termes simples le fonctionnement de Bitcoin et des blockchains, et décrit surtout leur importance pour changer de modèle, annonçant une disruption majeure des systèmes financier et bancaire actuels.


Un peu de vocabulaire

Vous vous apprêtez à utiliser un nouveau procédé pour gérer votre argent. Apprenez quelques mots et expressions propres à cet univers. Ca vous simplifiera la vie et vous distinguera de la foule des gens qui ignorent tout du sujet.

Bitcoin est à la fois un réseau, un protocole informatique et une crypto-monnaie. Je ne vois pas de raison de dire “le Bitcoin” car je préfère l’analogie avec Internet. Vous ne dites pas, ou plus, “Je vais sur l’Internet ou sur la Internet”, pourquoi dire “Je m’intéresse au Bitcoin” ou “Le Bitcoin fascine” ? Je préfère donc dire “Internet est un réseau mondial, Bitcoin est une invention géniale”.

Les unités de cette crypto-monnaie sont les bitcoins (en minuscules). Il y a aujourd’hui 18,4 millions de bitcoins en circulation. De nouveaux bitcoins sont créés au fil du temps sur des bases mathématiques fixées par le protocole Bitcoin, mais il n’y en aura jamais plus de 21 millions. Cette limite sera atteinte en 2140 (et non en 2040 comme on le lit encore parfois).

Un bitcoin est divisible en satoshis, sa plus petite unité de valeur, selon le même principe que pour les monnaies classiques :
1 euro = 100 cents
1 bitcoin = 100 000 000 satoshis (ou sats)
1 satoshi = 0,00000001 bitcoin

Le “crypto” dans le mot crypto-monnaie est un référence à la cryptographie, désignant de façon générale des techniques basées sur les mathématiques pour protéger et masquer des messages. Il est courant de parler de “cryptos” pour désigner globalement les crypto-monnaies et l’écosystème qu’elles représentent. Toutes les blockchains, (littéralement “chaînes de blocs” mais c’est le terme anglais qui s’est imposé) et donc toutes les crypto-monnaies utilisent la cryptographie, sur laquelle repose la sécurisation des échanges et, parfois, l’anonymisation des transactions.

Vos bitcoins seront en général conservés dans un wallet, traduit en français par portefeuille ou porte-monnaie. Je préfère personnellement la seconde option, plus logique puisque Bitcoin est une (crypto)monnaie. Ce wallet peut être physique (un appareil conçu pour stocker des crypto-monnaies de façon sécurisée, “hardware wallet”) ou logiciel (“software wallet”). Au passage, on notera que le mot porte-monnaie est invariable en Français : on doit écrire “des porte-monnaie Bitcoin”.

Une seed (parfois traduit par “phrase mnémonique”) est une suite de 12 ou 24 mots utilisée par les porte-monnaies pour générer les clés associées aux crypto-monnaies qui y sont stockées.

Pour convertir des monnaies et crypto-monnaies entre elles, on utilise les services d’un bureau de change (“exchange” en anglais).


Arnaques

Les crypto-monnaies sont encore tristement (parfois bêtement) associées à des arnaques. Il est vrai qu’il y a eu par le passé, et qu’il y a encore, des arnaques en crypto-monnaies.

Mais, que je sache, Bitcoin et crypto-monnaies n’ont pas inventé le principe d’escroquerie, qui existe depuis la nuit des temps. Il est ridicule de discréditer globalement Bitcoin et crypto-monnaies, et il n’y a pas davantage d’arnaques (ni même de systèmes pyramidaux) dans cet univers que dans celui des monnaies traditionnelles.

Bitcoin n’est pas une arnaque, mais un réseau bâti sur un protocole libre et gratuit où tout est public et transparent. C’est aussi une crypto-monnaie utilisée par des dizaines de millions de personnes, des géants de la distribution, des dizaines de milliers de commerçants, de grandes banques, des fonds de pension, et même l’ONU.

Bitcoin n’est pas un système de ponzi, et seuls des imbéciles peuvent encore le prétendre.

Il existe, et il existera toujours, d’innombrables arnaques uniquement destinées à vous délester de vos euros, vos dollars ou vos bitcoins. Il faut donc être prudent, avec Bitcoin comme avec toutes autres monnaies.

C’est pourtant simple :

  • Toute démarche visant à commercialiser des artefacts physiques, genre médailles ou pièces de monnaie à l’effigie du logo Bitcoin et censées avoir une valeur en bitcoins, est une arnaque.
  • Tous site, ebook ou service vous promettant de devenir riche grâce à Bitcoin est au mieux inutile et sans intérêt, au pire une arnaque.
  • Tous services offrant des placements mirifiques ou garantissant des taux d’interêt en Bitcoin à deux chiffres est très probablement une arnaque (pour être précis : il existe des services sérieux et dignes d’intérêt offrant de rémunérer des comptes en Bitcoin, comme Celsius Network, mais les taux proposés à ce jour sont entre 4 et 5% par an).

Encore une fois, faites preuve de discernement et de bon sens. Bitcoin n’est pas une formule magique pour s’enrichir. Quand quelque chose paraît trop beau pour être vrai, c’est le plus souvent le cas.


Ouvrir un porte-monnaie Bitcoin

J’ai déjà publié un comparatif des porte-monnaie Bitcoin, avec des explications générales sur leurs différences. Il y a de nouvelles possibilités depuis, mais les principes ne changent pas.

Pour résumer :

  • soit vous optez pour un porte-monnaie “non custodial“, vous gérez tout vous-mêmes, ce qui exige un peu de rigueur mais donne l’avantage d’être pleinement propriétaire de vos bitcoins (solution que je recommande) ;
  • soit vous optez pour une solution “custodiale“, où vous confiez la gestion de vos bitcoins à une entreprise tierce — bureau de change, banque ou autre — avec l’avantage de ne rien avoir à gérer mais l’inconvénient d’être tributaire d’un service où vous ne contrôlez rien (et qui peut être un jour être piraté).

Les porte-monnaie physiques (“hardware wallets”) sont sans doute une bonne manière de conserver des cryptos, mais si c’est votre première expérience en la matière, c’est une solution prématurée. Pour une solution non custodiale, je recommande pour débuter l’usage d’un wallet logiciel, comme BRD ou Exodus. Tous deux sont simples à utiliser, avec une interface claire bien adaptée aux débutants (accessoirement, ils sont aussi compatibles avec le processeur de paiements BitPay, utilisés par beaucoup de marchands en ligne acceptant Bitcoin). Il existe évidemment de nombreux autres wallets, dont certains avec des fonctionnalités beaucoup plus avancées. Vous pourrez à tout moment et simplement transférer vos bitcoins sur un autre porte-monnaie.

Tous les porte-monnaie Bitcoin sont gratuits et s’installent facilement sur mobile ou sur un PC/Mac comme toute autre application. Au lancement, il va vous être demandé d’inscrire quelque part une suite de mots qui forment la fameuse seed, générant les clés des bitcoins que vous stockerez dans ce wallet. Il est capital de conserver précieusement cette seed, en un lieu sûr et à l’abri des regards.

Pour une solution custodiale, je recommande par exemple Uphold, qui permet de convertir très facilement de nombreuses monnaies et même d’acheter des métaux rares, comme l’or ou la platine, au sein d’une interface conviviale. De nombreux services en ligne peuvent aussi faire office de porte-monnaie, comme Bitpanda (exchange), Coinbase (exchange proposant des services de type bancaire) ou Celsius (comptes rémunérés en crypto-monnaies). Tous ces services sont des poids lourds du marché et fonctionnent bien. Mais ils n’offrent pas beaucoup de souplesse pour une utilisation de Bitcoin au quotidien. Je ne recommande pas d’y laisser vos bitcoins à long terme d’autant que, même s’ils offrent une forte sécurité, tout service en ligne peut un jour être piraté. Il est essentiel de bien protéger ce type de comptes, au minimum en optant pour une double authentification (2FA).

Si vous voulez davantage de souplesse, vous pouvez également ouvrir un compte sur une crypto-banque, qui mélange avantageusement crypto-monnaies et monnaies traditionnelles, et permet donc de convertir très simplement vos euros en bitcoins (et inversement). Ce type de service permet d’obtenir une carte bancaire (Visa) et un compte classique en euros en bonne et due forme, avec notamment un IBAN personnel (lire mes explications et un comparatif des principales crypto-banques). Je recommande volontiers Wirex, l’une des plus anciennes crypto-banques, qui compte trois millions d’utilisateurs depuis avril 2020.

Nota Bene : la plupart des services custodiaux mentionnés ici nécessitent la création d’un compte avec vérification d’identité plus ou moins lourde (copie de pièce d’identité, preuve de domicile, voire video-chat avec un représentant de l’entreprise).


Acheter des bitcoins

Si vous avez opté pour une solution custodiale, le service vous permet très probablement d’acheter des bitcoins de façon native. Il suffit de suivre les indications fournies.

Si vous avez votre propre porte-monnaie Bitcoin, il faut acheter des bitcoins par vous-même. Vous pouvez le faire de plusieurs manières différentes :

  • via un bureau de change en ligne (je recommande par exemple BitPanda, fiable et offrant beaucoup d’options de paiement) ;
  • via un intermédiaire d’achat instantané par carte bancaire (comme Changelly ou Moonpay (en principe ces solutions sont les plus simples et immédiates mais en pratique, hélas, beaucoup de banques bloquent les achats de Bitcoin à partir de cartes bancaires ; c’est à mon sens un scandale puisque Bitcoin n’est illégal dans quasiment aucun pays du monde, et cela démontre si besoin était que vous n’êtes plus véritablement propriétaire de votre argent dès lors qu’il est géré par une banque) ;
  • via des cartes pré-payées, comme celles disponibles dans les bureaux de tabac français (Keplerk ou Digycode).
  • via un distributeur automatique Bitcoin (ou “BTM”, machine installée dans des lieux publics et qui fonctionne un peu comme un DAB). Il n’y en a pas beaucoup en France mais il en existe des milliers dans le monde, et vous pouvez les localiser sur cette carte.

Attention, certaines solutions, notamment cartes pré-payées et distributeurs Bitcoin, sont plus “chères” que d’autres car s’accompagnent de frais élevés. Si vous achetez un petit montant en Bitcoin, les différences seront négligeables mais au-delà de 500€ d’achat, il est utile de soigneusement comparer le prix qu’on vous propose.

Hormis pour les solutions prépayées, vous pouvez choisir n’importe quel montant en Bitcoin. Il n’est bien sûr nullement obligatoire d’acquérir un bitcoin entier !

Lorsque vous achetez des bitcoins, il suffit d’indiquer votre adresse Bitcoin personnelle telle qu’indiquée par votre porte-monnaie, et c’est là que seront envoyés vos bitcoins.


Utiliser Bitcoin

A partir de votre porte-monnaie, utiliser Bitcoin se résume le plus souvent à scanner un code QR (qui va renseigner automatiquement l’adresse de destination), indiquer un montant et cliquer sur “Envoyer”. Simple comme bonjour !

Vous pouvez utiliser vos bitcoins chez de nombreux marchands, pour réserver des chambres d’hôtel, souscrire un abonnement VPN pour protéger vos connexions Internet, acheter des iPhones reconditionnés, des billets d’avion, des licences de jeux vidéo, des cigarettes électroniques et à peu près n’importe quoi d’autre. Sinon, vous pouvez aussi faire un don à l’UNICEF en Bitcoin. Et si vous avez apprécié ce guide, n’hésitez pas à m’envoyer quelques satoshis à l’adresse ci-dessous, ça fait toujours plaisir 😉


  • Bitcoin
  • Ethereum
Scan to Donate Bitcoin to 1PAw9yP2pPARKZDaPgHupmpaeJsaB6Cv38

J'accepte volontiers Bitcoin !

Scannez le code QR code ou copiez l'adresse ci-dessous pour envoyer un don en Bitcoin. Merci !

Scan to Donate Ethereum to 0xcc1891cb357d1a360b34180516cec41b470f91e6

J'accepte volontiers Ethereum !

Scannez le code QR code ou copiez l'adresse ci-dessous pour envoyer un don en Ethereum. Merci !


2 commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • On peut avoir des revenus ‘passifs’ avec Bitcoin via les sites Defi (Celcius par ex) voir avec Bitwala, ‘vraie’ banque allemande.
    Sinon ma brêve expérience dans le domaine me fait également vous contredire sur un autre point : quasi tous les utilisateurs cryptos sont là pour se faire de l’argent facile. Il suffit de traîner de ci de là et lire ce qu’en disent les utilisateurs.

    L’argument de la reprise de contrôle de la monnaie, ça me fait furieusement penser aux colons français venant apporter la civilisation aux indigènes : désolé, mais les cryptos, c’est le moyen parfait pour s’enrichir en surfant la vague, le reste c’est du boniment cypherpunk valable dans un cercle restreint de connaisseurs.

    Là l’idée c’est de milker la cow, faire du bon pognon …

    • Celsius est très bien mais n’entre pas dans la définition de DeFi (Finance Décentralisée), puisque c’est un site centralisé géré par une entreprise fixant elle-même ses taux d’intérêt.

      Sinon, oui, beaucoup de gens n’ont vu initialement dans les cryptos qu’un moyen spéculatif de s’enrichir à bon compte et l’on voit dans les forums des tas de rigolos et apprentis-traders qui n’ont que les mots “moon” et “lambos” à la bouche… C’est idiot et même puéril.

      Mais tout cela est marginal et s’estompe peu à peu. Je ne crois vraiment pas que la majorité des utilisateurs de Bitcoin/cryptos aujourd’hui n’y voient qu’une source de revenus. Il y a au contraire un vrai message politique dans tout ça, et un vrai désir de changement.

      Au final, Bitcoin sera ce qu’on en fait, comme le fut Internet au départ.

Articles récents

Tags

Les opinions exprimées sur ce blog sont personnelles et n’engagent en aucune façon aucun des supports de presse auxquels contribue l’auteur.

Ce site ne fournit pas de recommandations en matière d’investissement ou de placements financiers.

Politique de confidentialité