Vous ne comprenez rien à l’argent – et c’est tant mieux pour Bitcoin

V

L’affirmation peut paraître douteuse, mais elle est vraie : la plupart des gens  ne connaissent pas grand chose de l’argent qu’ils utilisent quotidiennement, et le comprennent encore moins. Or contrairement aux idées reçues, Bitcoin et crypto-monnaies sont bien plus faciles à comprendre.

Certains protesteront, arguant qu’ils maîtrisent très bien l’argent. Ils savent comment obtenir un prêt, souscrire un plan d’épargne, ou même faire du trading en Bourse. Et bien sûr, tout le monde sait parfaitement utiliser une carte de crédit. 

Mais connaissez-vous vraiment l’argent que vous utilisez ? Comprenez-vous bien les monnaies traditionnelles (dites “fiat”) comme l’euro ou le dollar ? En particulier, savez-vous comment elles sont créées et gérées par les gouvernements, les banques centrales et les banques commerciales ? 

Ca m’étonnerait.



L’ignorance comme norme monétaire

En octobre dernier, Genesis Mining, une société offrant des services de minage cryptos, menait une enquête publique sur l’argent aux États-Unis. “De nombreuses personnes à qui nous avons parlé ces dernières années n’avaient absolument aucune idée du fonctionnement de notre système de monnaie fiat actuel”, expliquait la société en publiant les résultats. Et ces résultats sont, en effet, parlants. Près d’un tiers des Américains (29% des personnes interrogées) pensent que “le dollar américain est toujours soutenu par de l’or” – ce qui n’est plus le cas depuis près de cinq décennies. Et “54 % des personnes interrogées pensent que le gouvernement contrôle le réseau des réserves fédérales et, par extension, le flux d’argent aux États-Unis” – ce qui est également faux.

Je doute fort que le même sondage donnerait des résultats différents en France. Et l’enquête Genesis n’est pas la seule à pointer dans la même direction (l’ignorance des gens sur l’argent).

En 2014, un sondage réalisé par Positive Money montrait que les membres du Parlement au Royaume-Uni “manquent de connaissances de base sur les principes fondamentaux de l’argent”. Une ignorance plus que troublante. “Lorsqu’on leur a demandé qui crée l’argent de la nation au Royaume-Uni, près des trois quarts ont donné une mauvaise réponse. 71% des députés estiment que seul le gouvernement a le pouvoir de créer de l’argent. En réalité, le gouvernement ne crée plus que des pièces et des billets, qui ne représentent que 3% de l’ensemble de l’argent de l’économie”, peut-on lire dans l’étude. Pire, “un peu plus d’un député sur dix a bien compris que les banques créent de l’argent frais à chaque fois qu’elles font un prêt”.

Si 90% des élus parlementaires d’une grande puissance économique n’ont aucune idée de la façon dont l’argent est créé, faut-il s’attendre à ce que le citoyen de base comprenne bien le sujet ?



Dans la sphère du nébuleux

Bien sûr, notre monde est complexe. Mais les mécanismes de l’argent et la façon dont il fonctionne sont rendus – par design, pour des raisons historiques et, à mon avis, intentionnellement – difficiles à comprendre pour les gens normaux.

Lorsqu’il s’interroge sur le fonctionnement de l’argent, un citoyen ordinaire se pose souvent trois questions :

  1. Quelle est la quantité d’argent en circulation (dans mon pays et dans le monde) ?
  2. Comment argent et monnaie sont-ils créés et par qui ?
  3. La masse monétaire peut-elle croître indéfiniment ?

Posez ces trois questions à des experts, et vous n’allez pas être déçus.

À la question 1, ils commenceront par dire “Ça dépend”. En France, on vous expliquera le distinguo entre monnaie fiduciaire, monnaie scripturale et masse monétaire. Puis on vous détaillera cette dernière, en expliquant qu’il faut distinguer M0, M1, M2, M3, MB et MZM, toutes les différentes façons de la quantifier. Au moins, vous comprendrez que ce que nous appelons “argent” peut être des choses très différentes, existant en quantités très diverses. Si vous avez de la chance et que vous utilisez bien Google, vous trouverez peut-être des chiffres précis pour ces quantités, plus ou moins récents selon les pays. Vous vous rendrez alors compte que la masse monétaire fluctue énormément selon les années, à peu près comme sur des montagnes russes.

Pour la question 2, les choses vont se compliquer un peu plus. Les experts devront vous parler des institutions et des entreprises qui jouent un rôle spécifique dans la création de monnaie. Aux États-Unis, vous découvrirez le réseau de la Réserve fédérale, le “Federal Reserve Board of Governors” et le “Federal Open Market Committee”. En France ou en Europe, on vous parlera de Banque centrale, de réserves obligatoires, de marché interbancaire, de refinancement… 

Ensuite, vous devrez comprendre le rôle que jouent les banques commerciales. 

La Banque d’Angleterre vous expliquera que “la majorité de l’argent dans l’économie moderne est créée par les banques commerciales qui font des prêts”. Mais certaines de ces banques commerciales ne sont pas d’accord. “Les économistes affirment fréquemment que les banques peuvent créer de l’argent à partir de rien. Les banquiers ont une opinion différente”, explique la multinationale bancaire néerlandaise ING dans un document officiel intitulé “Le paradoxe de la création d’argent“.

Ah.

Donc non seulement économistes et banquiers ne sont pas entièrement d’accord sur le mécanisme de création de l’argent, mais la création monétaire est elle-même considérée comme un “paradoxe”. Ca fait un peu peur, non ?

S’il vous prend l’envie d’approfondir, vous apprendrez que “d’un côté, le secteur bancaire crée de l’argent lorsqu’il accorde des crédits alors que, de l’autre, les banques doivent en fait attirer de l’argent pour financer leurs prêts. Ce paradoxe reflète le fait que la création d’argent se fait au niveau du système, et que les banques individuelles n’en sont qu’une composante”. Continuez à lire la note “explicative” d’ING, et vous découvrirez : “Les nouveaux outils de politique monétaire tels que l’assouplissement quantitatif ont une incidence sur la création de monnaie et de crédit, et il y a un consensus sur le fait que la surveillance macroprudentielle devrait surveiller et, si nécessaire, ajuster l’octroi de crédit et la création de monnaie au niveau du système”.

Mal à la tête ? C’est normal. Ou pas. A ce stade, il est bon de rappeler qu’on ne parle pas là de mécanismes lointains ou de physique quantique, mais bien de votre argent – celui qui rémunère votre travail, sert à subvenir à vos besoins quotidiens et avec lequel sera (peut-être) payée votre retraite…

Si vous voulez une version plus condensée et apparemment plus simple, le portail de l’Économie, des Finances, de l’Action et des Comptes publics français résume : “La création monétaire provient essentiellement des prêts accordés par les banques commerciales. Mais les banques centrales créent aussi de la monnaie, par exemple les billets et les pièces”. Un  peu flou, mais admettons. Dommage, ça se complique juste en-dessous, quand on précise  que “l’assouplissement quantitatif peut, sous certaines conditions, s’apparenter à de la création monétaire”. Ca donne décidément envie de s’adonner à ce fameux “assouplissement quantitatif”, mais pour ce qui est de comprendre d’où vient l’argent… on reste un peu sur sa faim.

On retiendra malgré tout que “une façon pour les banques commerciales d’octroyer des crédits à leurs clients consiste à créer de la monnaie, c’est à dire à effectuer un prêt sans avoir les montants correspondant en ressources. […] Par un simple jeu d’écriture, elles vont ainsi créer de la monnaie. […] Seules les banques commerciales ont ce pouvoir de création monétaire.” C’est bien, en effet, la seule chose qu’on peut comprendre dans tout ça : banques commerciales = pouvoir.

Quant à la question 3 (la quantité de monnaie en circulation peut-elle croître à l’infini ?), la réponse relève soit de l’intuition, soit de calculs probabilistes complexes, impliquant l’inflation, les taux d’intérêt, la masse monétaire actuelle et une bonne douzaine d’autres paramètres. En vérité, personne ne peut vous dire combien de dollars ou d’euros seront en circulation dans dix ans. Et si vous voulez vraiment le savoir, obtenez d’abord un doctorat en mathématiques.



Argent tabou

La réalité de l’argent d’aujourd’hui est donc facile à percevoir :

  • Les experts (et même les personnes “en charge”) ne s’accordent pas entièrement sur la façon dont argent et monnaie sont créés, et ont de toutes façons beaucoup de mal à l’expliquer.

  • Très peu de citoyens, pour ne pas dire aucuns, peuvent réellement comprendre l’argent et les mécanismes monétaires.

L’argent sous forme de monnaies traditionnelles est en fait un monstre d’une fascinante complexité, dont la mécanique interne est habilement dissimulée. Et un citoyen lambda, même éduqué, n’a aucune chance de dompter ce monstre. Tout au plus, s’il fait des efforts pour s’informer sur le sujet, comprendra-t-il que le monstre grandit sur la base d’un ADN corrompu (les banques commerciales font à peu près ce qu’elles veulent, et créent tout ou partie de la monnaie à partir de dettes tout en contractant elles-mêmes des dettes).

Bien sûr, on pourrait arguer que “tout le monde s’en fout”. Après tout, le système semble fonctionner et nous n’avons pas besoin de le comprendre vraiment pour l’utiliser. 

Mais il y a au moins deux limites à cette vision des choses :

  • D’un point de vue purement intellectuel, ne pas savoir d’où vient l’argent est sans doute choquant. Surtout aujourd’hui, où traçabilité et transparence sont devenus des enjeux de société, voire des nécessités. Ne vous souciez-vous pas de savoir d’où viennent vos aliments, vos appareils électroniques ou vos vêtements, qui les a produits et comment ? Pourquoi l’argent devrait-il être la seule chose que nous utilisons au quotidien (et une chose essentielle, s’il en est) dont nous ne savons presque rien ?

  • D’un point de vue plus pratique, le système fonctionne aussi longtemps qu’il fonctionne. Lorsqu’il cesse de fonctionner, les entrailles du monstre révèlent leur véritable laideur. Demandez aux gens en Grèce, à Chypre ou au Venezuela. Avec l’argent sous sa forme actuelle, quand quelque chose va mal, ça va vraiment mal.

J’ajouterais que l’idée que les banques commerciales sont en grande partie responsables de la création de monnaie ne paraît pas rassurante. 

Après tout, les banques sont des entreprises (presque) comme les autres, avec leurs faiblesses et, parfois, leur insouciance aux yeux de la loi. De fait, toutes les plus grandes banques mondiales sont régulièrement épinglées par la justice, et ce pour des pratiques (et des montants) dignes du grand banditisme. Aux Etats-Unis, la Wells Fargo, l’une des plus anciennes banques et 4e plus grosse du pays vient d’écoper d’une amende de 3 milliards de $ (!) pour falsification de données, création de millions de comptes fictifs, et autres bidonnages des frais et intérêts perçus… En Europe, les fraudes fiscales des plus grandes banques (dont Santander en Espagne et Deutsche Bank en Allemagne) auraient coûté plus de 55 milliards d’euros aux contribuables. Et le scandale de la Danske Bank, première banque danoise, portant sur le blanchiment de 200 milliards d’euros (excusez du peu), n’en finit pas de faire des vagues.

Ce sont pourtant ces entreprises-là qui sont en charge de créer la monnaie que nous utilisons quotidiennement, et sur laquelle repose toute l’économie mondiale. L’idée est-elle plaisante ? Est-ce vraiment ce que veulent les citoyens et citoyennes du monde ?



Une opportunité

Toujours est-il que le fait que gouvernements et banques ne se soucient apparemment pas beaucoup d’éduquer leurs citoyens sur l’argent, ou que l’argent sous sa forme actuelle ne soit compréhensible par personne, est une véritable opportunité pour Bitcoin et les crypto-monnaies en général, donc pour les citoyens.

On va immédiatement me rétorquer “C’est quoi ce délire. Les cryptos sont tellement compliquées à expliquer que personne ne les comprendrait non plus”. Mais est-ce vraiment le cas ?

Prenez les questions évoquées ci-dessus, et appliquez-les à Bitcoin :

  1. Combien d’argent (en Bitcoin) est en circulation ?
    Exactement 18.249.850 bitcoins à ce jour, représentant 146.044.957.462 euros. Le nombre de bitcoins en circulation est public et tout le monde peut le connaître avec précision, à l’unité près, à tout moment.

  2. Comment l’argent (en Bitcoin) est-il créé ?
    Toutes les personnes qui contribuent à sécuriser le réseau Bitcoin et à valider ses transactions sont récompensées par l’attribution automatique de bitcoins nouvellement créés. Cette récompense est établie à un rythme défini par l’algorithme de Bitcoin et non modifiable (la récompense est divisée par deux tous les quatre ans). Tout est validé mathématiquement, précisément documenté et absolument transparent, consultable librement par tous.

  3. La masse monétaire (en Bitcoin) peut-elle croître indéfiniment ?
    Non. Il n’y aura jamais plus de 21 millions de bitcoins, et ce plafond sera atteint vers l’an 2140.

Cela semble-t-il si compliqué à expliquer et à comprendre ?

Le fait est que les principes fondamentaux de Bitcoin, et à peu près tout ce qu’il faut savoir pour l’utiliser, sont infiniment plus clairs et plus faciles à comprendre que pour les monnaies traditionnelles.

À mon avis, c’est un atout largement sous-estimé de Bitcoin et d’autres crypto-monnaies : ils rendent en fait l’argent plus simple et incomparablement plus transparent qu’il ne l’est aujourd’hui. 

Sans parler d’autre chose (comme la rapidité, la sécurité des transactions ou les frais), le fait de tout savoir sur les cryptos – leur origine, leur circulation totale et les mécanismes qui créent de nouvelles unités de valeur – suffit en soi à justifier leur “raison d’être” et à apporter un bénéfice bien réel.

Le point clé dans tout cela se résume simplement :

l’argent d’aujourd’hui, donc la monnaie des banques, est complexe et opaque, tandis que les crypto-monnaies sont simples et transparentes.

Evidemment, cela va à l’encontre du message martelé par les banques et les banques centrales, à commencer par la Banque de France, qui font tout pour démontrer que les crypto-monnaies sont complexes et obscures. Et ce message est hélas véhiculé par beaucoup de médias, souvent moins attachés à éduquer et à expliquer qu’à relayer des poncifs et alimenter des polémiques vaguement sulfureuses et sans fondements.

J’ai pourtant bon espoir qu’un nombre croissant de gens se rendent compte de cette supercherie et, surtout, comprennent que l’opacité du système monétaire actuel n’est pas une fatalité mais peut être contournée par des systèmes publics, fiables et transparents, reposant uniquement sur les mathématiques et fonctionnant sans organe de contrôle. 

Si cette prise de conscience s’opère,  cela pourrait même conduire, comme le prédit le producteur et courtier Max Keiser, à un avenir où “toutes les monnaies fiat mourront”.



Pour acheter Bitcoin ou Ethereum en toute sécurité avec beaucoup d’options de paiement, je recommande BitPanda.

Un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Tags

RSS Usage des crypto-monnaies dans le monde

Les opinions exprimées sur ce blog sont personnelles et n’engagent en aucune façon aucun des supports de presse auxquels contribue l’auteur.

Ce site ne fournit pas de recommandations en matière d’investissement ou de placements financiers.

Ce site ne comporte pas de bannières publicitaires mais inclut parfois des liens d’affiliation.